Lettre du Jeudi 29 Octobre 1942 du journal d’Anne Frank libre

Chère Kitty,
Je suis gravement inquiète car mon père est malade. Il a une forte fièvre et une éruption cutanée rouge, qui ressemble à la rougeole. Imagines, nous ne pouvons même pas appeler un médecin! Ma mère le laisse bien transpirer, pour essayer de faire diminuer la fièvre comme ça.
Ce matin, Miep a dit que la maison des Van Daan avait été cambriolée. On ne l’a pas dit à Mme, elle était déjà si nerveuse ces derniers temps et nous ne voulons pas entendre encore des plaintes au sujet de sa belle vaisselle et ses chaises en bois massif, qui sont restées à la maison. Nous avons aussi presque tout abandonné; pourquoi se plaindre alors que nous sommes en vie?
La dernière fois j’ai lu quelques livres plus pour adultes. Je lis maintenant la jeunesse d’Eva par Nico van Suchtelen. Je trouve que la différence entre les romans de fille et ceux pour adulte n’est pas très grande. Cependant, il y a aussi des choses au sujet des femmes qui vendent leurs corps à des hommes inconnus dans les rues, contre beaucoup d’argent. Je mourrais de honte si j’étais eux. En outre, il est également qit qu’Eve a eu ses règles; eh, je désire les avoir aussi, ça me semble si important.
Père veut me lire Goethe et les drames de Schiller tous les soirs, il les a trouvés dans la grande bibliothèque. Nous avons déjà commencé Don Carlos.
Pour suivre l’exemple de mon père, ma mère m’a mis dans les mains son livre de prières. J’ai lu quelques prières en allemand pour voir; Je pense que c’est agréable à réciter, mais ça ne me dit pas grand-chose. Pourquoi elle me force à me faire faire des choses religieuse et pieuse?
Demain nous allons allumer le poêle pour la première fois, j’espère que ça va bien se passer ou alors nous allons être asphyxiés dans la fumée. La cheminée n’a pas été ramonée depuis longtemps, espérons qu’elle va tirer!
Porte-toi bien,

Anne Frank

No Comments

Post a Comment